ACPCU : success story du café équitable et bio en Ouganda

Lancée en 2006, la coopérative ougandaise de café Ankole Coffee Producers Cooperative Union (ACPCU) réunit à ce jour quelque 8.500 caféiculteurs des hauts plateaux du sud-ouest de l’Ouganda. Grâce à la richesse des terres volcaniques sur lesquelles poussent les plants de café, son café Robusta équitable et bio est de très bonne qualité et a un goût exceptionnel.

 

Histoire d'un succès

Depuis, l’ACPCU s’est transformée en organisation fructueuse. En 2016, elle a vendu 136 containers, soit un peu plus de 2 millions de kilos de café ! La moitié du volume vendu est à présent commercialisée selon les conditions applicables au commerce équitable, et ce, à une clientèle européenne essentiellement. L’organisation dispose aujourd’hui d’une unité moderne de tri alors qu’auparavant, cette activité était sous-traitée, ce qui se traduisait bien souvent par du retard dans les commandes de café. Maintenant que les membres de l’organisation s’en chargent personnellement, ils peuvent se targuer que leurs commandes sont toujours livrées à temps et que leurs clients les considèrent comme un partenaire fiable. Ils disposent par ailleurs d’un grand entrepôt et d’un laboratoire moderne qui pratique le « cupping », c’est-à-dire la dégustation professionnelle du café. 

La coopérative a par ailleurs lancé des projets avec des jeunes dans les écoles afin de leur apprendre à cultiver le café. L’objectif est de rendre la culture du café de nouveau intéressante aux yeux de la jeune génération. L’ACPCU mise aussi sur d’autres filières que le café, de sorte à offrir aux paysans une garantie accrue de revenus ainsi que des conditions de vie et de travail plus saines, à savoir : les engrais bios, les bananes, le miel, la pisciculture et le biogaz. 

We value coffee excellence

En 2016, le TDC a décidé de coacher la coopérative en matière de marketing. Étant donné que l’ACPCU produit déjà de gros volumes de café de qualité, le plan de marketing se focalise essentiellement sur sa commercialisation ainsi que sur une amélioration de la promotion et de la communication : où trouver de nouveaux clients, comment inciter les clients existants à acheter de plus gros volumes et comment soigner ma présentation ?

Le travail a aussi porté sur le positionnement de leur produit. Le professionnalisme affiché par l’ACPCU et le goût unique de leur café constituent d’énormes atouts à faire valoir davantage. Aussi, l’ancienne baseline « We strive for excellence » a-t-elle été changée en « We value coffee excellence ». Le logo a été renouvelé et du nouveau matériel de communication élaboré, dont une présentation de vente qui répond aux questions posées par les gros vendeurs, des affiches pour se présenter à des salons, etc. 

Projets ambitieux

Quoi qu’il en soit, l’ACPCU nourrit de plus grandes ambitions encore. Outre le café « ordinaire » qu’elle commercialise à présent, cette coopérative expérimente maintenant aussi un « speciality coffee », à base des meilleurs grains parfaitement mûrs uniquement, de sorte à lui conférer un goût exceptionnel (décrit par les « cuppers » comme « wonderful with no bitterness »). Elle planche avec le coach sur une stratégie de commercialisation de ce « speciality coffee ».

Pour l’heure, l’ACPCU négocie avec son importateur pour installer un stock de café dans un port européen. L’objectif est de permettre aux clients qui souhaitent acheter de plus petites quantités directement auprès des producteurs d’être mieux servis. Une première ? En tous les cas, un projet passionnant et ambitieux !

John Nuwagaba, Directeur général de l’ACPCU, nous confie qu’ils envisagent l’avenir avec confiance. « Nous sommes en train de mettre pleinement en œuvre tous les enseignements tirés du coaching. J’aime comparer nos contacts avec les négociants à une porte. Avant, une porte fermée le restait tout simplement. Aujourd’hui, nous continuons à frapper à la porte et à essayer de l’ouvrir, car, tant qu’elle n’est pas fermée à clé, il y a de l’espoir ! Le coaching a boosté notre confiance en nous : nous savons maintenant comment gérer les clients potentiels et comment nous vendre. »