Fair Trade Tourism (Afrique du Sud)

Fair Trade Tourism (Afrique du Sud)

Le tourisme international a plus que triplé en Afrique du Sud depuis l’élection de Nelson Mandela en 1994. Le secteur devrait connaître une croissance continue jusqu'en 2020, année où, selon la National Tourism Sector Strategy, l'Afrique du Sud figurera parmi les 20 destinations mondiales les plus populaires.

Depuis des années déjà, le pays fait figure de précurseur en matière d’écotourisme et de gestion de ses réserves naturelles. Mais, c'est depuis les années 1990 qu’il s’est pleinement rendu compte de l’atout touristique que représente la diversité culturelle. Il a également pris conscience que les communautés dont la terre, le travail, la culture et les richesses naturelles interviennent dans les activités touristiques, peuvent, elles aussi, prétendre à une partie des recettes. C'est ainsi qu'ont vu le jour toutes sortes d'initiatives relevant du tourisme responsable.

La certification, véritable vitrine

Depuis le tournant du siècle, le pays assume encore plus son rôle de pionnier. En 2001, le dépar- tement sud-africain de l'organisation internationale de défense de l'environnement, l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) lançait le premier programme de certification équitable dans le cadre de l’association FTTSA (Fair Trade in Tourism South Africa). Depuis, l’ONG devenue autonome en 2004 a rassemblé les diverses initiatives du secteur. Elle a aussi sensibilisé le public, fait du lobbying auprès des pouvoirs publics et a de même été l'un des membres fondateurs du réseau équitable en Afrique du Sud.

79 initiatives, réparties dans l'ensemble du pays, ont été certifiées : des hôtels, des logements pour les safaris ou destinés aux randonneurs, mais aussi des visites organisées et des activités de type « aventure », tous présentés sur le site www.fairtrade.travel. 

Ses projets d’extension hors Afrique du Sud ont poussé l’organisation à se doter d’un nouveau nom début 2013 : Fair Trade Tourism. 

Les critères de certification

Les principaux éléments constituant les critères en question sont les suivants :

  • Rémunération équitable : toute personne permettant une activité touristique doit bénéficier d'une part équitable des recettes générées, proportionnellement au travail accompli.
  • Respect : tant l'hôte que le touriste se doivent de respecter les droits de l’Homme, la culture et l'environnement. Cela sous-entend entre autres des conditions de travail décentes, la protection des jeunes travailleurs, la promotion de l'égalité entre femmes et hommes ainsi que la compréhension des pratiques culturelles et la tolérance envers celles-ci.
  • La pression environnementale doit être la plus réduite possible : limitation de la consommation d'eau et d'énergie, revalorisation des déchets et protection de la biodiversité.
  • Démocratie : toute personne permettant une activité touristique doit avoir le droit et l'opportunité de participer aux décisions sur les matières la concernant.
  • Transparence : les tarifs appliqués et la comptabilité doivent être transparents. Les agences de voyages entretiennent des relations à long terme avec des fournisseurs (nourriture, logements…), versent des avances et appliquent des conditions fermes en cas d'annulation.
  • Les produits alimentaires sont achetés au maximum sur place, afin de soutenir l'économie locale.
  • Une attention est de même accordée aux thèmes importants dans le contexte sud-africain, à savoir, la formation des travailleurs noirs, les questions de propriété (cogestion par les noirs) et la sensibilisation au VIH.

Si FTT se profile explicitement en tant que label équitable, ses critères sont aussi en conformité avec d'autres normes applicables dans le secteur touristique, comme le Global Sustainable Tourism Council Criteria ou le  « Tourism Child Protection Code of Conduct » qui entend s'attaquer à l'exploitation sexuelle des enfants dans le contexte touristique

FTT approved

Afin d'éviter tout conflit d'intérêts, une séparation a été opérée entre les domaines de développement des marchés et de la certification, par analogie avec Fairtrade International, l'organisation à la base du label Fairtrade, et FLO-CERT, l'organe de contrôle. Ce sont maintenant des bureaux externes, notamment KPMG, qui procèdent à la certification et aux audits.

FTT se concentre sur le développement du label Fair Trade Tourism, pour en faire une marque forte, en recherchant de nouvelles possibilités tant au niveau de l'offre que de la demande. Avec l’appui du Trade for Development Centre, et en collaboration avec les autorités sud-africaines, l'organisation a réalisé une étude des marchés allemand, suisse, suédois et hollandais, afin de permettre aux organisations et entreprises certifiées FTT de promouvoir, de façon ciblée, le tourisme durable sur le marché européen.

Au fil du temps, il s’est avéré que pour les tour-opérateurs, la certification ne semblait pas être l’approche la plus appropriée dans une chaîne de valeur bien plus complexe que celle de produits traditionnellement certifiés Fair Trade (café, cacao, bananes, etc.). C’est ainsi qu’en 2016, il a été décidé de ne plus certifier les tour-opérateurs mais de leur délivrer un statut « FTT-approved ».

Pour être « FTT-approved », l’opérateur doit signer le Code de Conduite FTT et commercialiser des vacances Fair Trade endéans les 12 mois après la signature de ce dernier. Les opérateurs déjà certifiés par Travel Life et/ou TourCert sont automatiquement approuvés FTT grâce à un accord de reconnaissance mutuelle. Un itinéraire est, lui, considéré comme Fair Trade si au moins 50% des hébergements se font dans un établissement certifié FTT (ou par un programme de certification partenaire).

Au début 2017, 38 tour-opérateurs sud-africains (inbound) et 21 tour-opérateurs européens (outbound), dont un belge, avaient été approuvés FTT. Plusieurs ONG, telles que Tourism Concern (Grande-Bretagne), EED–Tourism Watch (Allemagne), Schyst Resande (Suède) et Akte (Suisse), jouent également un rôle essentiel dans la diffusion de ce concept. L'Office de tourisme sud-africain assure enfin la promotion du label sur le marché étranger.

Le  développement du tourisme équitable en Afrique australe

Un deuxième projet soutenu par le TDC a pour objectif d’améliorer la rentabilité, la compétitivité et la durabilité des petits acteurs touristiques au-delà des frontières sud-africaines. Il en résultera un « panier » plus diversifié de produits touristiques où pourront puiser consommateurs et opérateurs. Le label Fair Trade Holiday sera la marque faîtière sous laquelle les produits touristiques seront commercialisés à l'aide d'un langage connu et compris des consommateurs européens, et auquel ils font confiance : celui du commerce équitable.

Le projet comporte quatre composantes parfaitement alignées avec la stratégie de FTT :

  • Augmenter le nombre de « produits touristiques » certifiés en Afrique du Sud et dans la sous-région ;
  • Appuyer les tour-opérateurs sud-africains (inbound) dans la promotion de circuits innovants auprès des opérateurs étrangers ;
  • Augmenter les arrivées de touristes étrangers auprès de circuits et produits Fair Trade Tourism
  • Renforcer le modèle Fair Trade Tourism afin de pouvoir l’étendre à toute l’Afrique du Sud et le répliquer dans la sous-région.

Élargissement

FTT nourrit des ambitions transfrontalières et compte progressivement étendre ses activités à sept autres pays d'Afrique australe et orientale (Botswana, Lesotho, Madagascar, Mozambique, Namibie, Swaziland et Tanzanie). Le touriste disposera d'un choix plus vaste, avec des circuits pouvant être proposés sur l'ensemble de l'Afrique australe.

FTT a signé des accords de reconnaissance mutuelle avec cinq programmes de certification existants en Afrique (Namibie, Botswana, Kenya, Tanzanie et Seychelles). FTT a également démarré la certification de produits au Mozambique et à Madagascar où un accord de reconnaissance mutuelle n’était pas possible (7 au Mozambique, 8 à Madagascar). Ces accords de reconnaissance mutuelle ont été possibles notamment grâce aux partenariats développés au sein de la Sustainable Tourism Certification Alliance.

www.fairtrade.travel